18 ​mai 2016

RAPPORT CIRCONSTACIE DE LA VISITE DU PROF Dr GEMBU GUY-CRISPIN A AKETI

 

1. Introduction

 

En vue de suivre et d’évaluer le niveau d’exécution de tous les projets financés par l’asbl AKETI (initiative de la famille PETEERS), nous avons visité la cité d’Aketi du 10 au 13 mai 2016.

Nous avons quitté la ville de Kisangani au bord du bus de l’agence dénommée « Ngolu coach à 9 heures » pour atteindre Buta à 17 heures 33 minutes. A Buta vers 18 heures 30 minutes, l’équipage du bus a décidé de continuer le trajet, ainsi qu’à 21 heures 27 minutes nous avons atteint Aketi.

 

Le séjour à Aketi était initialement prévu 2 jours mais il a été prolongé d’une journée puisque les colis de matériels destinés à Nebandra n’étaient pas arrivés avec nous (ils étaient chargés dans le cargo de sorte que 1 colis contenant les fers de cognée ou haches et limes n’est pas encore arrivé jusqu’à notre retour).

 

Pendant notre séjour, nous avons mis en profit notre temps à mener les activités suivantes :

1° Visite de courtoisie et présentation des civilités auprès de l’Administrateur du territoire d’Aketi ;

2° Entretien avec Monsieur Rocha GBALU

3° Visite du chantier de la porcherie chez Richard Mamba

4° Visite de la pisciculture chez Clément Edongo

5° Visite de machines de l’Amada

6° Visite du couvent de l’Abbé Faustin MBELE

7° Réunion avec le Comité de Gestion de Cyber

8° Réunion avec les 2 organisations de la société civile

9° Visites des écoles (primaire des garçons et technique)

10° Visite du chantier du poulailler des Sœurs

11° Entretien avec Monsieur Urbain Kango

12° Réunion avec l’association « APRODELCA »

13° Réunion avec l’association « AMADA »

14° Entretien et remise de matériels à Nebandra

Une fois les activités énumérées ci-haut terminées, je me suis acheminé pour Dulia afin d’organiser le travail de mon champ pendant 2 jours.

2. Déroulement des activités

 

2.1. Activités de la première journée (le 11 mai 2016)

 

2.1.1. Civilités auprès de l’Administrateur du territoire

 

Au lendemain de mon arrivée, je suis passé au bureau de l’Administrateur du Territoire, accompagné de Richard Mamba,  pour la courtoisie tout en présentant à la fois mes civilités et la raison de mon séjour à Aketi. L’Administrateur m’a acceuilli chaleureusement et a profité de féliciter les actions de l’asbl à Aketi au profit de sa population voire même de me demander à transmettre ses remerciements à tous les PEETERS.

Pour l’Administrateur, il a retenu que 2 grandes actions de l’asbl Aketi, il s’agit de :

 

a) les puits d’eau potable. Il est totalement satisfait de ce programme vu l’adhésion et l’engouement populaire pour cette action dont la qualité de l’eau est appréciée par lui-même et la population de sorte que les habitants des quartiers éloignés viennent s’approvisionner à vélos ou à motos. Sur ce, l’Administrateur du Territoire a exprimé le vœu que l’asbl puisse intervenir pour le reste de puits étant donné que le besoin est encore grand.

b) l’internet. Bien que le Cyber de l’asbl aide à désenclaver le territoire par la communication internet, l’Administrateur du territoire a déclaré que la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) au niveau local lui a rapporté de la performance des candidats « opérateurs de saisie » lors du test de recrutement pour les prochaines élections par rapport à d’autres années et à d’autres territoires de la province du Bas-Uélé. Pour lui, cette performance des candidats d’Aketi se justifierait de différentes formations continues qu’organise le Cyber en faveur de toutes les couches sociales (enseignants, fonctionnaires, élèves et autres).

Toutefois, il a plaidé à la réduction de frais à payer pour la bureautique et la formation c’est-à-dire les prix soient fixés en fonction du revenu de la population locale.

2.1.2. Entretien avec Monsieur ROCHA

Toujours accompagné de Richard Mamba, Monsieur Rocha nous a reçus chez lui à sa résidence. L’entretien était fructueux, c’est un homme apparemment peut honorer ses engagements vis-à-vis de l’asbl (l’avenir nous dira plus). Rocha a promis de travailler étroitement avec Nebandra à condition que ce dernier s’implique dans la philosophie ou la logique d’améliorer le social et le vécu quotidien de la population à Aketi et cela en respectant l’autonomie de chacun. Il a aussi déclaré qu’avec le fond qu’il a reçu de l’asbl, il fera de son mieux pour augmenter au fur et à mesure avec le temps la production du caoutchouc du milieu (il a dit beaucoup de bonnes choses). Il a également résolu le problème de couteaux serdangs que posait Nebandra (d’ailleurs Nebandra m’a confirmé par la suite qu’un groupe d’artisans locaux vont fabriquer pour lui).

2.1.3. Visite du chantier porcherie chez RICHARD

 

Richard Mamba a fait un grand pas dans son chantier. Les murs sont élevés, les tôles sont mises en place, les chambres séparées, la clôture en bambous sépare la porcherie aux parcelles voisines ; il lui reste à finaliser le pavement et le crépissage voire même à loger les premiers porcs à élever. Pour moi, c’est un des 3 derniers projets financés qui suit son cours normal.

2.1.4. Visite de la pisciculture chez CLEMENT

Papa Clément Edongo se démène pour capitaliser les moyens mis à sa disposition pour la pisciculture. Nous avons trouvé les gens utilisaient les outils aratoires fournis par l’asbl pour ouvrir la canalisation que le Prof Danadu avait exigé. Les échanges et discussions avec lui prouvent qu’il compte bien faire, un contact régulier avec célestin (spécialiste en la matière) lui permettra de renforcer sa capacité dans le domaine de la pisciculture.

2.1.5. Visite de machines à coudre de l’AMADA

Les machines à coudre de l’AMADA fonctionne jusqu’ici très bien. L’association à une clientèle, nous avons vu un bon nombre de chemises pagnes pour hommes et femmes en train d’être broder. A entendre parler les responsables, les clientes ou clients des villages ou cités lointains envoient également leurs habits spécialement pour la broderie.

2.1.6. Visite du couvent chez l’Abbé Faustin

 

L’Abbé Faustin MBELE était en voyage (Buta) et nous avons l’opportunité d’accéder au lieu de stockage de matériels nouvellement acquis, c’était dans la pièce qui est proche de la salle à manger (réfectoire). Les matériels achetés ou vus sont une rizerie et un groupe électrogène tous neufs mais non montés. L’Abbé est arrivé à Aketi, la nuit et juste quand nous prenions le transport pour rentrer, nous sommes entretenus avec lui en 5 minutes, l’Abbé confirmé avoir amené les produits vétérinaires (j’espère qu’il nous enverra les images dans son prochain rapport).

2.1.7. Réunion avec le Comité de Gestion de l’asbl

 

La réunion s’est penchée plus sur le fonctionnement du Cyber dans le but de redynamiser cet acquis. Les personnes suivantes ont été présentes (exception faite du point focal, Abbé Mbele) : le Directeur de l’école des Filles, Lambert BAGWA (vice -président), Richard MAMBA (Rapporteur), Sœur Monique SOMBO (Gestionnaire), Baudouin AMBALI (Inspecteur contrôleur), Justine MOMA (Membre) et Benoît GBONGBO (Membre). A plus du Comité de Gestion, l’Administrateur du Territoire, Monsieur MOGALA MONDE a pris part à la réunion.

 

Le cyber a été lancé au début du mois de février 2016, c’est au mois de mars qu’il a connu une affluence suite au recrutement des opérateurs de saisie de la Commission Electorale nationale Indépendante (CENI). Parmi les clients réguliers du Cyber, le comité de gestion a cité les élèves de l’Institut Mayamba, une école qui organise la section commerciale et administrative avec comme orientation « secrétariat de direction et informatique »  à Aketi mais l’école ne dispose pas d’ordinateurs ni machines à écrire ainsi que les autorités de l’école et parents poussent les élèves de venir apprendre au cyber.

Du point de vue technique, tous les ordinateurs fonctionnent bien y compris l’imprimante sauf qu’après achat du dernier toner (3ème fois), l’imprimante soit n’imprime pas (bourrage) soit imprime avec saleté (c’est question d’acheter une nouvelle cartouche, il s’agit d’un problème de tambour). Quant aux finances, l’évolution est très satisfaisante et se présente comme suit pour les 3 mois cumulés : a) recettes : 97700 francs pour l’internet, 250000 francs pour la formation et 120400 francs pour le bureautique soit une recette totale de 468100 francs ; b) dépenses : 197600 francs ; le solde qui se trouve à la caisse est 260500 francs. Donc, le Cyber est en mesure de renouveler 2 mois d’abonnement internet (juin et juillet). Finalement, pour ce qui est de l’organisation administrative, il me parait très bon et compte de l’abondance de travaux de saisie, le comité de gestion a procédé à l’engagement d’une fille qui s’occupe uniquement de la saisie, il s’agit de Ruth LILENGE. Pour l’Administrateur du territoire, le comité de gestion a reçu tout (cyber, puits d’eau,….) gratuitement comme « don » de la part de la famille PEETERS, tout devait être également gratuit. Ainsi après échange, il a été convenu qu’à une prochaine réunion du Comité de gestion que les frais (prix) soient raisonnable, réduits et abordables (et pas une culture de gratuité) pour que toute la population d’Aketi bénéficie de tous les actions de l’asbl.

2.1.8. Réunion avec les organisations de la société civile

 

Les 2 organisations de la société civile d’Aketi ont été conviées à cette réunion, il s’agit de : la société civile dite « forces vives » dirigée par Richard Mamba et la « nouvelle » société civile dirigée par Baudouin Ambali. Il s’agissait de leur rappeler de la toute première réunion de l’asbl à l’issue de laquelle la société avait tracé à cette époque les axes d’interventions prioritaires, notamment : le problème d’eau potable, l’internet, les écoles (bourses et bancs), l’agriculture durable (élevage de porcs, poules,…).

            

Après ce rappel que tout le monde a constaté que l’asbl a répondu favorablement à toutes les demandes de la société civile et cela dans un temps record (une année) de sorte que la plupart de ces actions sont totalement réalisées, certaines en cours (4 puits d’eau) et d’autres se poursuivent (bourses de meilleurs étudiants, écoles et agriculture durable) voire même l’asbl s’est octroyé le pouvoir d’ajouter ce qui n’était pas fixé ensemble avec la société civile (électrification des couvents voire prochainement de l’hôpital, promotion des cultures industrielles : caoutchouc, café, cacao,….).

 

Nous avons demandé à la société d’aider l’asbl à réfléchir pour d’autres projets (actions) d’envergure susceptible d’atteindre toute la population tels sont les cas de l’eau potable et de l’internet tout en gardant les objectifs initiaux. Il s’agit par exemples de : fermes écoles, du reboisement (fruitiers et autres arbres utiles), agriculture durable intégrée pour soutenir les communautés locales. A l’occasion, nous avons projeté quelques lois récentes de la RDC dont la compétence revient au Gouverneur de la province pour promouvoir l’agriculture qui respecte à la fois le social, l’économie et l’environnement.

2.2. Activités de la deuxième journée (le 12 mai 2016)

 

2.2.1. Visite de l’école primaire Itimbiri (Garçons)

 

Nous avons effectué une visite surprise à l’école primaire de garçons (Itimbiri), là où la famille PEETERS a intervenu pour la première fois avec les tôles et les bancs, école que nous pouvons qualifier du berceau (début) de l’asbl Aketi. Dans son hospitalité légendaire, le Directeur de l’école, Monsieur Emmanuel MWAMBA et ses enseignants m’ont acceuilli avec joie. Le Directeur a expliqué aux élevés de 3 classes de première année primaire (6 ans) que c’est nous qui leur avons donné de bancs et aujourd’hui, ils sont tous assis contrairement à leurs aînés qui s’asseyaient à même le sol. Nous avons eu de larmes aux yeux par ce cri et salutations de ces jeunes élèves « BONJOUR PAPA PROFESSEUR, COURAGE !!! ». Et nous avons continué à l’école technique.

2.2.2. Visite à l’école technique professionnelle (ELIKYA)

 

Notre visite à l’école technique était de s’acquérir de niveau d’exécution de 70 bancs commandés et payés par l’asbl. Nous avons vu 6 bancs fabriqués et non poncés selon eux et nous avons vu, faute de bons rabots. 8 autres bancs ne sont pas encore montés et nous nous demandons qu’avec l’approche de la période des examens et les vacances, qu’adviendra avec la fabrication de bancs ? Seulement, 70 bancs prennent 3 mois pour la fabrication. Les matériels que Fons a remis (scie électrique) fonctionne seulement avec le groupe de sœurs, le groupe électrogène de l’Abbé qui est à leur disposition n’est pas puissant pour supporter la charge de ce matériel. L’école m’a remis une liste de matériels qu’elle a besoins et si l’asbl pourrait l’aider, il s’agit de : a) section menuiserie : raboteuse électrique, jeu de ciseaux, marteaux, scies en main et groupe électrogène et b) maçonnerie : truelles de maçon, niveaux à bulles d’air, équerres de maçon.

2.2.3. Visite du chantier du poulailler des Sœurs

Nous avons visité le chantier du poulailler au sein du couvent des Sœurs. Le chantier est encore à ses débuts et ça évolue normalement (voire le mail de la Sœur Monique qu’elles ont commencé le 07 mai soit 3 jours de mon arrivée à Aketi). Nous avons partagé avec elles certaines petites modifications à effectuer et dans nos échanges, il a été constaté que les géniteurs ne se figurent pas dans le devis du projet qu’elles avaient remis ; nous leur avons trouvé une solution alternative pour l’installation du projet en attendant la solution définitive. La Sœur Monique a promis de se rendre à Kisangani dans les prochaines pour effectuer les achats et lui avons également promis de l’aider pour obtenir certaines choses (matériels et géniteurs).

2.2.4. Entretien avec Monsieur Urbain Kango

 

Notre entretien avec Monsieur Urbain était plus focalisé sur les grandes orientations de l’asbl notamment l’appui à des associations pour donner de l’emploi à une grande partie de la population et non à un individu qui s’occupe uniquement de sa famille. Urbain m’a fait savoir qu’il a sollicité une dette remboursable pour se procurer de ses propres matériels indépendamment de l’association. A mon arrivée à Aketi, son association « APRODELCA » m’a remis un projet qui comporte presque la même demande. Après discussions, il a accepté d’adhérer son projet privé à celui de l’association. Toutefois, nous lui avons ouvert une porte de rencontrer Fons lors de sa prochaine visite à Aketi pour ses problèmes particuliers.

 

2.2.5. Réunion avec APRODELCA

 

A notre arrivée à Aketi, l’APRODELCA m’a remis un projet afin que l’asbl puisse les appuyer et en lisant le contenu, certains matériels demandés sont similaires à la demande de Urbain KANGO (membre de cette association). Comme dit précédemment, nous avons demandé à Urbain qui était aussi présent à la réunion d’harmoniser son projet individuel avec celui de l’association et le lieu d’installation des équipements appuyés par l’asbl Aketi sera établi dans la concession de Urbain au nom de l’APRODELCA ainsi pour éviter d’abord la concurrence déloyale de leur rizerie et celle d’Abbé MBELE mais aussi d’assister la population environnante de la concession de urbain et le champ de l’Association. Pour ce qui est des outils de transformation des produits agricoles, l’association étudiera les avantages qu’un membre aura, ceci pour résoudre certaines questions posées par Urbain pendant notre entretien en privé. Ainsi, dans les jours qui viennent le projet de l’APRODELCA (après harmonisation avec celui de KANGO Urbain) sera soumis à Fons (asbl Aketi) via mail.

2.2.6. Réunion avec AMADA

 

La réunion avec le comité de l’Association des Mamans pour le Développement d’Aketi s’est tenue à son siège. Il s’agissait de faire la rétrospective des activités de l’AMADA et les perspectives de l’avenir de cette association féminine.

 

La présidente de l’association a commencé par remercier l’apport de l’asbl et a expliqué que les activités champêtres (nous sommes à la période où les gens cultivent les champs ou sèment le paddy, l’arachide, le maïs,…) font que les activités de l’AMADA tournent en ralenti depuis le mois de mars. Les recettes sont en baisse et les membres viennent rarement à la formation de la couture voire à des réunions puisque elles doivent se rendre aux champs pour toute la journée voire rester là pendant une semaine.

 

La présidente a aussi déclaré que leurs machines sont bien protégées et fonctionnent bien quoique les tables et les aiguilles de certaines sont fragiles et se cassent de temps à temps. Pour ce qui du constat pendant la formation en couture, les membres ont remarqué que certaines apprenantes (femmes) n’ont pas l’aptitude pour coudre avec la machine à pédale, si possible l’AMADA pouvait acquérir de quelques machines à coudre à la main.

 

Après avoir écouté les déclarations de chaque membre présent, nous avons donné de conseils pour que l’AMADA demeure toujours dynamique à Aketi, entre autres : tenir des réunions régulières pour renforcer l’unité des membres, transparence dans la gestion pour éviter les suspicions et aussi diversifier les activités de l’AMADA autres que la couture.

2.2.7. Entretien avec Nebandra et remise de matériels

 

L’entretien avec Nebandra s’est déroulé en présence de son collaborateur qui est basé à Ekwa. Nous lui avons expliqué la philosophie de l’asbl et c’est qu’on attend de lui avec le prêt lui accordé. Aussi, il lui est rappelé de travailler étroitement avec Rocha afin de bien rentabiliser ses activités. A l’occasion, il m’a fait part que Rocha lui a montré l’endroit où il peut se procurer des couteaux serdangs.

 

Ensuite, nous avons remis le matériel acheté à Kisangani, il s’agissait principalement de : 90 machettes longues, 48 machettes courtes, 50 seaux à plastiques de 20 litres, 1000 sacs vides,… disons tout ce qu’il avait demandé sauf 1 colis qui contenait 90 limes, 40 fers de cognée et 10 aiguilles pour sacs n’était pas encore arrivé à ce moment (mais c’est déjà arrivé et il m’a confirmé la réception). Le poids total de tous les 6 colis destinés à Nebandra pesait 249 kg ce qui lui a valu 120000 FC pour le transport. Aussi, le reste de l’argent lui a été remis soit 2765000 FC.

3. Observations, remarques, propositions et conclusion

En définitive, notre visite à Aketi a été fructueuse et concluante, il y a plus de peur que de mal faute de rapport circonstancié du déroulement des activités de certains projets appuyés mais les travaux se faisaient en douceur. Toutefois à notre humble avis, la visite a permis aussi à certains projets de démarrer effectivement à la veille de notre arrivée donc tout est redynamiser.

 

Nous espérons que l’allure observée durant notre séjour va continuer voire s’accélerer pour que la population d’Aketi bénéficie effectivement de l’appui de l’asbl Aketi à travers les différents projets. La visibilité de chaque projet financé dépendra du niveau de la vulgarisation de leur secteur aux ménages et associations. De plus, le prochain financement de ces projets sera conditionné principalement du niveau de la production, de la vulgarisation et de la transparence dans la gestion. C’est ainsi au cours de nos différentes réunions, nous avons proposé à chaque projet d’avoir les éléments suivants (voire modèle) :

 En construction

5. RAPPORT D’ACTIVITÉS (très très important pour l’asbl)

 

De ce qui précède, un bon rapport doit être illustré (photos, images,…) c’est-à-dire nous attendons de vous un rapport narratif qui comportera principalement les points suivants :

1° Activités (que c’est qu’on a fait ? pour quel but ? comment (méthodes ou techniques utilisées) ? les résultats ? difficultés rencontrées/ solutions à ces problèmes/ recommandations et perspectives d’avenir ?

2° Production et vulgarisation : c’est ça l’objectif de notre asbl (augmenter la production agricole pour améliorer le social et l’économie d’Aketi ; montrer à la population comment faire pour réduire tant soit peu la pauvreté).

3° Finances : pas nécessaire pour nous (car sans but lucratif) mais nous permettra dans l’avenir de faire un dépliant qui déterminera la courbe de tendance lorsqu’une activité pareille est entreprise par un individu de la communauté locale (Aketi).

3.1. Cyber

 

Le cyber a fait un exploit surtout du côté de la formation, c’est cette dernière activité qui a fait entrer plus de recettes de sorte que l’abonnement de 2 mois (juin et juillet) est rendu possible. Cependant, la courbe de rendement est en baisse ces 2 derniers mois. Nous pensons comme solutions ce qui suit :

 

a) le cyber doit encore diversifier ses activités (projection, vente boisson) tout en continuant la formation continue ;

 

b) sensibiliser les écoles en particulier et la population en général de l’importance de cyber comme moteur de recherche, acquisition du savoir (documents ou ouvrages didactiques scolaires de toutes les disciplines, de bonnes illustrations de choses qu’on ne trouve pas à Aketi= volcan, autoroute, image de grandes places ou villes, paquebots, baleine,…), acquisition de modèles de développement (comment élaborer un projet, comment planter ou élever, comment prévenir une maladie,…..)

 

c) réduire les frais à payer aux services rendus (une photocopie ou scannage à 100 FC par page c’est très pour Aketi, à Kisangani c’est 25 ou 30 FC) ;

 

d) d’avoir les cartouches et rames de papiers en permanence et achetés à Kisangani en bas prix via Ngolu Coach ; il faut se méfier d’usage excessif de toner ;

 

d) si possible l’asbl peut doter le cyber avec un parc informatique de 6 ordinateurs d’occasion mis dans une autre salle autre que celle de l’internet pour que les écoles qui organisent la section commerciale et administrative en particulier (exemple de l’Institut Mayamba) et toutes les autres car dans le programme national le cours de l’informatique est devenu obligatoire. Ce parc informatique de l’asbl permettra aux élèves (ou autres personnes) d’apprendre régulièrement les diverses applications à partir de l’ordinateur à moindre frais (par exemple une formation de 2 heures à 1000 FC) sans gêner ou bloquer le déroulement des activités de l’internet.

 

3.2. Energie solaire (panneaux et batteries)

 

Depuis que le Comité de Gestion respecte strictement les instructions émises, le disfonctionnement constaté un moment donné n’existe plus. La conséquence est que :

 

a) tout le monde respecte la capacité actuelle de l’ensemble des machines branchées à l’énergie solaire ;

 

b) entretenir régulièrement les panneaux solaires ;

 

c) tenir informer Fons de moindre disfonctionnement sans que personne touche à l’installation.

 

3.3. Puits d’eau potable

 

L’eau potable est considérée par la population d’Aketi comme un projet à large impact qui fait la visibilité de notre asbl. L’observation dans la visite l’organisation est parfaite et ça fonctionne bien malgré que certaines personnes nous demandent encore la gratuité ou la réduction sensible de la contribution mensuelle autour de 100 FC par ménage. De notre visite, nous proposons ce qui suit :

 

a) le comité de gestion doit être attentif aux suggestions de la population pour qu’un grand nombre s’adhère à nos projets. Nous pensons qu’une réduction de frais qu’on quitte de 250 FC à 200 FC dans un premier temps peut soulager certains extrémistes qui continuent à se lamenter ;

 

b) le comité de gestion arrange les alentours des puis c’est-à-dire drainer l’eau qui stagne soit sur la partie cimentée ou autour pour éviter une contamination passive ;

 

c) compte de l’engouement de la population et éviter de longues distances pour l’approvisionnement à l’eau, l’asbl puisse programmer les années à venir l’installation des puits restants dans les autres quartiers comme prévu ;

 

3.4. AMADA

 

L’AMADA est une association féminine qui effectivement opérationnelle sur terrain et spécialisée actuellement dans la couture. Etant une famille est fondée autour de la maman, nous proposons :

 

a) cette association puisse diversifiée ses activités à Aketi à côté de la couture et formation des couturières. Elle peut étendre par exemples avec la coiffure mixte (un salon de coiffure hommes et dames n’exigent pas assez de moyens) ou un restaurant modèle (hygiène, diversité culinaire,…), culture des fruits pour apporter des vitamines à la population (Richard et les Sœurs vont apporter les protéines animales) ;

 

b) AMADA soit l’interface (sensibilisation, information,…) des autres projets soutenus par l’asbl (poulailler, porcherie, cyber, puits,…) auprès des filles et femmes de sorte que la population féminine d’Aketi s’approprie de tous nos activités pour améliorer le social et l’économie de leur ménage respective.

 

3.5. Projet élevage

 

Les responsables de projet élevage (poules= Sœurs et porcs= Richard) et de nourriture/ médicaments se mettent urgemment pour la mise en route de fermes modèles pour apprendre la population à produire la viande dans l’espoir qu’une boucherie et un abattoir de qualité seront installés dans la cité d’Aketi. Les 3 secteurs doivent collaborer étroitement pour la réussite et la promotion de leurs activités.

 

Ainsi, les porcs de la race seront les premiers pensionnaires, au fur et en mesure, ils seront remplacés de la race améliorée provenant d’ailleurs.

 

Fait à Buta, le 18 mai 2016

 

Prof Dr Guy-Crispin GEMBU

vzw AKETI       Kapucinessenstraat 5       2000 Antwerpen,    Belgium           

                            tel :  0486311691        email : emielpeeters@yahoo.com